Accueil | La Chanterelle de Ville-la-Grand | Les Russules | Les Autres champignons | La page du débutant | Botanique | Faune | Mes amis myco et bota | Liens utiles
Gérer la lumière et l'exposition
Accueil

Avertissement

NEWS

Chanterelle

Russules

Autres

Page Debutant

Botanique

Faune

Dossiers

Ma Region

Ailleurs

Billets humeur

Liens utiles
Disons-le tout net: gérer la lumière et l'exposition est, pour le photographe, peut-être ce qu'il y a de plus délicat. Une belle photo ce n'est pas seulement une photo avec un sujet original bien cadré, mais c'est surtout une photo dont l'«exposition» est réussie. C'est-à-dire une photo dont la lumière a été bien captée et bien gérée. C'est loin d'être facile et, pour les débutants, encore faut-il qu'ils aient conscience de ce paramètre! Voyons donc comment s'en sortir...

Un mot sur la lumière
La lumière, c'est la matière première du photographe, c'est l'élément principal d'une belle photo! Qui ne s'est jamais rendu compte de l'influence de la lumière d'une fin de journée sur la beauté d'un paysage ou d'un portrait?
Ainisi, même dans des conditions de lumière les plus banales, il est important de connaître quelques trucs qui vous permettront de restituer au mieux une scène, sans avoir trop de désagréments du style «ciel complètement brûlé» ou encore «photo toute noire»!

Tout d'abord, un petit topo sur le fonctionnement de votre appareil photo:
1. La lumière pénètre dans l'appareil via l'objectif et le diaphragme.
2. Le photographe appuie sur le déclencheur à mi-course: la lumière arrive jusqu'au capteur (on dit alors qu'on «expose» le capteur) et l'appareil effectue la mise au point.
3. Le photographe appuie à fond sur le déclencheur et la photo est enregistrée sur la carte mémoire.
>> Plus on laisse de lumière entrer et arriver au capteur, plus la photo sera claire. Au contraire, moins on laisse entrer de lumière, plus la photo sera sombre. Et c'est là que ça devient intéressant, en pratique! En effet, il existe deux alternatives qui permettent de modifier la quantité de lumière qui entre dans l'appareil et arrive au capteur: le temps d'exposition et l'ouverture du diaphragme.

Le «temps d'exposition»
Le principe est très simple: plus on laisse de temps à la lumière pour entrer, plus la quantité de lumière est grande, plus la photo est claire. Ce paramètre se règle avec la vitesse d'obturation, si vous réglez votre APN sur le mode priorité vitesse. Vous choisissez la vitesse et l'appareil adaptera seul l'ouverture du diaphragme.

L'ouverture du diaphragme
Là aussi, le principe est simple: plus le diaphragme sera ouvert, plus la lumière entrera en quantité, plus la photo sera claire. Ce paramètre se règle avec l'ouverture du diaphgrame, si vous réglez votre APN sur le mode priorité à l'ouverture. Vous choisissez l'ouverture (f:2.8, f:5.6 ou f:11 par exemple) et l'appareil adaptera seul la vitesse d'obturation.
Mais alors... pourquoi donc s'embêter avec deux paramètres si le résultat obtenu est le même? Tout simplement parce que l'un ou l'autre de ces réglages aura une grande influence sur la profondeur de champ!
- Si vous choisissez une vitesse rapide, vous aurez une faible profondeur de champ.
- Si vous choisissez une petite ouverture (f:11 par exemple), vous aurez une grande profondeur de champ.

Ci-dessous, deux photos identiques mais avec des ouvertures et des temps d'exposition différents. A gauche, on voit sans ambiguïté que toute l'image est trop claire. A droite, trop foncée. Soit le temps d'exposition était trop long, soit pas assez, ou que l'ouverture était trop grande, ou pas assez. Il faut trouver le juste milieu!

trop claire          trop foncee


Sur un appareil compact, vous n'aurez peut-être pas le choix. En effet, la plupart de ces appareils ne proposent pas de priorité à l'ouverture ou à la vitesse. Il vous faudra alors vous tourner vers les modes scène, prévus pour la plupart des conditions de prises de vues, mais sans que vous puissiez y changer grand chose...

Savoir gérer la lumière, cela ne se résume pas à savoir régler correctement la vitesse et l'ouverture. Trop de débutants commettent des erreurs classiques qu'il leur faut apprendre à éviter:

1. Ne pas photographier votre sujet avec le soleil derrière. Ça paraît évident, mais allez donc dans un endroit touristique et observez les gens faire bêtement des photos...! Si vous n'avez pas le choix, utilisez votre flash! Mais dans la plupart des cas, vous trouverez un autre moyen de faire votre photo simplement en vous déplaçant...
2. Une luminosité trop vive, par exemple en plein été à midi ou en montagne sur la neige, et votre photo sera très difficile à réussir. Ciels cramés, reflets, zones blanches disgracieuses... Essayez donc d'attendre un peu que la lumière soit moins vive, et si vous n'avez pas le choix, essayez de «tourner» autour de votre sujet pour choisir une luminosité plus faible. Les plus belles lumières se rencontrent tôt le matin ou, au contraire, au crépuscule. Il n'est pas inutile de se munir d'un réflecteur ou d'un diffuseur, qui pourront permettre de modifier ponctuellement des conditions lumineuses délicates.
3. Dans les photos d'intérieur, il vous faudra adapter la balance des blancs de votre appareil en fonction de la source lumineuse (néons, ampoules, etc.). Sinon, gare aux dominantes bleue ou jaune...! Tous les APN proposent un réglage de la balance des blancs, et vous en aurez aussi besoin lors de photos sous un ciel gris ou nuageux, par exemple!

bouton corr expotransparentA noter que sur certains appareils compacts, et en série pratiquement sur tous les Bridges et les Reflex, il y a un petit bouton qui permet de modifier l'exposition en plus ou en moins. Bien pratique, il permet de corriger finement l'exposition selon la luminosité du sujet que vous êtes en train de prendre. Par exemple, si votre appareil ne dispose pas du mode scène «Neige», utilisez ce réglage en augmentant légèrement l'exposition. Pensez-y!


rond rouge Les 3 modes principaux de mesure de la lumière
Sur une grande majorité d'appareils photo, et même de certains compacts, vous pouvez opter pour trois modes de mesure de la lumière: Matricielle (ou Multizone), Pondérée centrale ou Spot. Parfois, ces réglages sont bien cachés dans les menus de votre appareil, sachez les dénicher et vous en servir! Ci-dessous, les icônes utilisées dans les appareils photos. Celles-ci peuvent être un peu différentes selon les marques.

Modes de mesure

1. La mesure matricielle (ou Multizone)
Sous ce terme compliqué se cache en fait une réalité toute simple: votre cellule va diviser l'image visée en un certain nombre de zones (variables selon les appareils), qui vont chacune être analysée. L'appareil va ensuite faire une moyenne et comparer les résultats à des images stockées dans une base de données spéciale de votre appareil, pour voir s'il n'y a pas une image comparable. Les réglages seront alors ajustés en conséquence, et votre image sera – en principe – exposée correctement. C'est le réglage par défaut de tous les appareils et cela donne en général de bons résultats. Mais la cellule peut être piégée quand même et il faudra alors se tourner vers un autre réglage...

2. La mesure pondérée centrale
Là, la cellule va mesurer la lumière sur un cercle d'environ 30% situé au centre de l'image. La zone extérieure à ce cercle va être prise en compte également, mais de manière moindre par rapport au centre. Idéale pour les portraits, cette mesure est un peu délicate à apprécier sur l'écran arrière de votre appareil...

3. La mesure spot
Sans doute la plus difficile à mettre en œuvre, du moins au début, cette mesure va vous permettre de capturer la lumière exactement là où VOUS voulez. Il suffira de mettre le collimateur de mise au point sur le sujet à mesurer, de presser le déclencheur à mi-course et de recadrer avant de terminer la prise de vue. Comme la lumière est mesurée sur un point très précis (spot), c'est vous qui décidez de la luminosité et de l'exposition de votre image. Idéale lors de sujets très clairs ou très foncés, cette mesure est à privilégier par exemple lors de photos de fleurs jaunes, blanches ou qui présentent des tons très clairs. Vous devrez certainement vous y reprendre à plusieurs fois avant de parvenir à un bon résultat, mais c'est une joie que de parvenir à exposer correctement vos sujets de cette façon!

ATTENTION DE REMETTRE ENSUITE VOTRE MESURE EN MATRICIELLE (par défaut).

Concrètement, voici un exemple de la mesure Spot: la première image ci-dessous, prise en mesure matricielle, a donné une surexposition du centre de mon image. J'ai donc utilisé la mesure spot et j'ai visé un point précis au centre de mon image, là où le sujet est le plus lumineux. L'appareil a alors parfaitement équilibré la dynamique de mon sujet. Si j'avais voulu, j'aurais toujours pu ensuite éclaircir un petit peu les ombres mais cela aurait nui au contraste de mon image, qui met en valeur le chemin dans la pénombre et le sujet principal, le village en arrière-plan...

Paysage en Matricielle
Mesure Matricielle

Paysage en Spot
Mesure Spot

Le résultat est parlant, non?

La photo dans la nature
Lorsque vous ferez des photos de fleurs, par exemple, vous aurez parfois à faire face à un problème bien connu des appareils à petits capteurs, comme les compacts et les bridges: les zones très pâles, comme par exemple les pétales d'une marguerite, seront très souvent brûlées. C'est-à-dire qu'on n'y percevra plus les détails (nervures, légères ombres grises). Ce phénomène est dû à la taille des capteurs, peu prévus pour gérer à la fois les ombres et les hautes lumières (on parle de «dynamique»). C'est un problème purement technique, mais que vous pourrez contourner dans une certaine mesure.

Ci-dessous, deux images du même sujet: des fleurs blanches (Rubus sp.). A gauche, j'ai laissé l'appareil photo choisir «lui-même» l'exposition (donc en mesure matricielle). L'appareil a donc évalué la scène, et a fait un compromis entre les zones blanches et le fond, plus foncé. Pas fameux... A droite, j'ai choisi de «capturer» la lumière en mode Spot sur une zone claire (une feuille de carton gris à 18% peut, par exemple, faire l'affaire). La cellule, «voyant» autant de lumière, s'est fermée un peu. En appuyant à mi-course sur le déclencheur, j'ai «mémorisé» cette lumière, et j'ai pointé sur mon sujet pour terminer ma photo en appuyant à fond sur le déclencheur. Résultat, une photo correctement exposée!

expo cramee          expo bonne

Essayez, ce n'est pas bien difficile! Et si vous avez de la peine à y arriver, demandez à un ami de se mettre devant le soleil, ainsi vous éliminerez une luminosité trop forte et votre photo y gagnera en dynamique. Certains photographes de mes amis se promènent toujours avec un parapluie gris, afin de l'interposer entre leur sujet et le soleil! Mais pourquoi gris? Tout simplement parce qu'avec un tissu de couleur, vous auriez à tous les coups une ombre de couleur, et votre photo aurait une dominante de la couleur du tissu! Avec le gris, couleur neutre, pas de souci...

Conclusion
Bien que tout le monde ne possède pas un appareil haut de gamme, chaque photographe, avec un peu d'attention et avec quelques connaissances de la gestion de la lumière, ne devrait plus avoir de photos cramées ou trop sombres. Certes, lorsque l'on est en vacances, ça n'est pas toujours possible de prendre son temps, mais consacrer quelques secondes supplémentaires pour réfléchir d'où vient la lumière et savoir se déplacer ou la capturer différemment est à la portée de tous!

N'appuyez plus bêtement sur le déclencheur!